Posted on Laisser un commentaire

Rankbrain, Bulles de filtre & SEO

bubblefilter

L’avènement d’une réponse (quasi) humaine de Google aux questions les plus fines posées par l’être humain pose deux paradigmes à nous, référenceurs : Mon site sera-t-il un jour ostracisé des résultats de manière arbitraire ? Notre travail de référenceurs atteindra-t-il un plafond de verre technologique et intellectuel, le jour où les algorithmes nous auront totalement vaincu ? 

Pour de nombreux internautes, la réponse personnalisée d’un moteur de recherche est devenue la norme. Nul besoin de creuser plus profondément dans les entrailles de Google, la réponse doit vraisemblablement se trouver entre la 1ère et la 3ème place.

C’est par ce postulat qu’a débuté la conférence mémorable d’Eli Pariser lors d’un TedX de 2011, où il posait les jalons des « bulles de filtres » initiées par le géant américain de la recherche.

Qu’est-ce qu’une bulle de filtre ?

Selon Pariser, la « bulle de filtres » désigne à la fois le filtrage de l’information qui parvient à l’internaute par différents filtres ; et l’état d’ « isolement intellectuel » et culturel dans lequel il se retrouve quand les informations qu’il recherche sur Internet résultent d’une personnalisation mise en place à son insu

Entrent alors en scène le jeu des algorithmes de Google qui vont sélectionner, en tout discrétion les contenus visibles par les internautes selon des facteurs de positionnement. Se pose ici la question de la « réalité » du web. En effet, comme pour la théorie des cordes et des multiverses, chaque internaute accède à une version radicalement différente du web. Bien au chaud dans sa « bulle » unique et cloisonnée, optimisée uniquement pour lui et lui seul.

Cette théorie de Pariser a été vivement critiquée par des sociologues et des personnalités éminentes des datasciences, pour le fait qu’elle ne basait son expérience que sur les algorithmes et que d’autres critères entraient plus largement en ligne de compte. De plus, le web est à spectre ouvert et il n’est pas rare de tomber collectivement sur les mêmes informations.

Pour autant, je penche pour la théorie de Pariser car l’avènement de Rankbrain nous met au défi de la personnalisation des réponses données à l’internaute et donc du renforcement de sa bulle de filtre.

Rankbrain ou l’avènement de l’intelligence made by Google

Rankbrain est un concept qui a déjà plusieurs années mais qui nous posent toujours questions à nous référenceurs. Cet algorithme d’intelligence artificielle qui vient se superposer aux algorithmes de Google déjà existants est en fait un curseur. Une variable d’ajustement qui va analyser et comprendre votre question de manière beaucoup fine et ainsi adapter les réponses de manière toute personnalisée.

Imaginez Rankbrain comme une énorme machine, qui tend à penser comme vous. Rankbrain possède une force non négligeable : l’agrégation de toutes vos données. Google nous raconte que : « si Rankbrain voit un mot ou une phrase avec lequel il est déjà familier, il va faire le lien directement avec une requête clé qui pourra être tapé prochainement. Cette prédiction le rend plus efficace qu’un algorithme qui découvre les requêtes quand vous les tapez ».

Le nouvel outil de Google convertit les parties textuelles de vos requêtes en « vecteurs » ou « représentations distribuées » dont les coordonnées mathématiques sont fixes et déterminées. Les vecteurs proches correspondent ainsi à une similarité linguistiques. Un cluster est alors créé et Rankbrain peut y piocher aisément.

Et le SEO dans tout ça ?

A la croisée des chemins, entre les bulles de filtres et l’intelligence artificielle, le travail du référenceur se veut plus scientifique. La personnalisation des contenus, que nous prônons depuis des années dans nos conférences et autres articles, sera bien le coeur de la matrice SEO pour 2019 et les années à venir.

Nous devrons transpercer la bulle. En effet, avec cette bulle de filtre, le chemin de l’internaute est tout tracé. Plus il va s’engager avec un site et son contenu, plus il va recevoir la même information de ce même site. Une amélioration continue de l’autorité de votre site auprès des moteurs vous permettra de ne pas être exclu de ces bulles.

Trust the Personas Process ! Construisez et reconstruisez des « buyers personas » avant de réaliser vos études sémantique. Creusez Analytics, mettez des cartes de chaleur sur les sites, faites faire des tests utilisateurs, etc… Ne partez pas bille en tête dans l’analyse des requêtes à travailler. Sans connaître vos utilisateurs, impossible de réaliser de la personnalisation de contenus.

Terminons sur ce « whiteboard Friday », made by Moz, qui résume très bien la pensée du « topic » vs. « keywords » pour l’année 2019 !

Whiteboard Friday – Moz – Rand Fishkin

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *