Posted on Laisser un commentaire

Le #SXO : C’est d’la merde.

Ouh que c’est putaclick tout ça…Oui, j’ai été le premier défenseur du #SXO. Oui, j’ai du m’atteler à contrer les arguments de plusieurs d’entre vous qui disaient que c’était un concept creux et vide (Erlé si tu me lis, coeur avec les mimines). Oui, j’ai fait au moins 10 articles là dessus.
Et 5 ans après mon premier récit sur ce nouveau concept, je vous l’affirme : Le #SXO, c’est d’la merde. 

5 points pour vous l’expliquer.
Ni plus, ni moins.

1. L’utilisateur, c’est pas l’moteur.

C’est simple. Pensez d’abord à l’utilisateur, bah ouais, ok coco. Pour tes contenus, c’est clair. C’est pas Google qui va acheter ton produit.
Mais quand il s’agit d’aller mettre les mains dans l’cambouis, de faire des RegEx de redirection claire et concise, qu’il faut comprendre a minimum ce que signifie « développer un site » (et in fine, comment va réagir le moteur et notamment le budget crawl à ça), tu peux t’appeler Pierre, Paul ou Jacques (qu’est ce que tu fais làààà, TMTC), un moteur sera toujours un moteur.

2. C’est du bon sens.

Qu’importe d’accoler un nouvel acronyme à ta nouvelle mission divine. L’UX, l’ergonomie, et tout l’barda, ce n’est que du bon sens.
Valider c’est vert, abandonner c’est rouge.
Tu prends par la main ton utilisateur depuis la page d’accueil, et tu fais comprendre à ces petits neurones que ce sera très simple pour lui d’acheter.

3. Soignons nos rédactr•ice•eurs web.

Cheh, tu l’as pas vue venir l’inclusive là hein 😉
Je repense souvent aux tweets, articles et (très bons) contenus de notre amie Camille Gillet.
Pour moi, il n’y a pas de SXO, il n’y a que des #SEO qui doivent chouchouter leurs rédactrices et rédacteurs web.
Si tu bosses avec un•e ergonome, très bien. Vous arriverez à bosser ensemble sur l’arborescence et puis terminé bonsoir.
Par contre, la relation SEO/Rédaction, ça peut durer des années, te ramener de très beaux projets, et surtout te garantir de belles positions.

4. Fais du SEO local, pas du SXO.

Je l’ai vécu pas plus tard qu’il y a quelques mois.
On se tatane la tronche à faire un site qui plait à Google et à l’utilisateur, à faire notre « SXO » de canaille, à faire de l’ergonomie comme pas deux. Rien. Nada. Malgré les contenus optimisés et un parcours fluide : ZERO Lead.
Je bosse mon petit GMB. 2 mois plus tard : 1er sur toutes les requêtes géoloc.
+34% de CA (+78% de leadgen)
Merci, bonsoir.

5. Le SXO n’est pas le SEO 2.0

Non, le SXO ne se fond pas dans le SEO, c’est intrinsèquement impossible.
Les UX Designeurs font leur taf, il créé des wireframes, organisent des ateliers où on fait des icebreaker pour apprendre à se connaître, et t’expliquent les personas.
En SEO, c’est carrément pas la même limonade. Alors oui, on aime bien créé des « searcher personas », mais notre kiff, c’est de voir les moteurs de recherche nous donner des bonnes notes, et de voir que le client gagne de l’argent grâce à cela non ?

Allez, bisous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *